Carnet de santé de Mars 2016

  • info
  • photos
Chargement en cours
Approbation d'une hausse du paquet de cigarettes
.
1/7
Approbation d'une hausse du paquet de cigarettes
© ©Odoxa

Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le pouvoir incitatif des hausses des prix du tabac. Mais ces derniers sont radicalement hostiles à une mesure qui « plomberait » leur pouvoir d'achat. Le gouvernement devra donc choisir entre paix sociale et santé publique.

Une majorité de Français (54%) serait favorable à l'augmentation du prix du paquet de cigarettes, y compris si celle-ci passait par une augmentation brutale du prix du paquet de 7 à 10 €.

D'ailleurs, au palmarès des mesures passées jugées les plus efficaces pour lutter contre le tabagisme les mesures portant sur l'augmentations des prix du tabac occupent 2 des 3 premières places de notre podium, derrière l'interdiction de fumer dans les lieux publics.

Preuve de l'efficacité de la hausse des prix du tabac : les fumeurs eux-mêmes jugent que les mesures liées de hausses des prix du paquet ont été parmi les plus efficaces et un fumeur sur deux pense qu'il s'arrêterait de fumer si le paquet de cigarettes passait à 10€.

VOLET BAROMETRIQUE du carnet de santé de mars 2016 :

Paradoxe ? L'hiver 2016 a provoqué beaucoup moins de « malades » que l'hiver 2015 mais génère toujours autant de dépenses (moyennes) de santé !

Le très faible taux de Français affectés par un problème de santé cet hiver par rapport à l'hiver 2015 (-10 points, notamment avec le moindre nombre de cas de grippes) est sans aucun effet sur le montant moyen des dépenses de santé de nos concitoyens, celui-ci étant lourdement impacté par la part minoritaire de la population dépensant le plus.

Le Carnet de Santé : Questions d'actualité

Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le pouvoir incitatif des hausses des prix du tabac. Mais ces derniers sont radicalement hostiles à une mesure qui « plomberait » leur pouvoir d'achat.

Une majorité de Français (54%) serait favorable à l'augmentation du prix du paquet de cigarettes, y compris si celle-ci passait par une augmentation brutale du prix du paquet de 7 à 10 €.

Les temps changent et la logique de santé publique s'impose petit à petit dans l'opinion, y compris, lorsqu'elle est mise en arbitrage avec la problématique de pouvoir d'achat ... surtout s'il s'agit de celle des autres (en l'occurrence des fumeurs). Ainsi, une majorité de 54% de Français serait favorable à l'augmentation du prix du paquet de cigarettes, que celle-ci se fasse « par une augmentation régulière de quelques centimes chaque année » ou même par « un passage du prix du paquet de 7 à 10 € ».  Mais ce soutien majoritaire de l'opinion ne rend pas l'application d'une telle mesure si facile que cela à mettre en place pour le gouvernement. D'une part parce que 4 Français sur 10, tout de même, y seraient opposés, et ce que l'augmentation soit progressive (44% y sont opposés) ou brutale (45% y sont opposés). Et, d'autre part, parce que les fumeurs, directement concernés, y seraient eux unanimement hostiles : les trois-quarts d'entre eux sont opposés à une augmentation régulière et près de 9 sur 10 sont résolument contre une augmentation brutale du prix du paquet de 7 à 10 €. Une telle mesure, bien que majoritairement soutenue pourrait donc susciter un risque de forte colère de certaines catégories de Français (les fumeurs, leurs proches, les buralistes ...) Or, de tels risques sont rarement pris par des majorités à un an d'une (ré)élection...

D'ailleurs, au palmarès des mesures passées jugées les plus efficaces pour lutter contre le tabagisme les mesures portant sur l'augmentations des prix du tabac occupent 2 des 3 premières places de notre podium, derrière l'interdiction de fumer dans les lieux publics.

Logiques avec eux-mêmes, les Français placent d'ailleurs très haut en termes d'efficacité l'augmentation des prix du tabac sur notre palmarès des mesures qui, jusqu'à présent ont été les plus efficaces pour lutter contre le tabagisme. Certes, la mesure qu'ils citent comme ayant été la plus efficace parmi les principales mesures prises depuis un quart de siècle, ne porte pas sur le prix mais sur « l'interdiction de fumer dans les lieux publics prise en 2006 ». Mais, sur le podium des mesures jugées les plus efficaces, cette médaille d'or citée par 60% des Français, est directement encadrée par deux mesures portant sur la hausse des prix du tabac. D'abord, « l'augmentation significative du prix du paquet comme entre 2001 et 2004 (+45% en 3 ans) », médaille d'argent, placée en 2ème position des mesures citées comme les plus efficaces par les Français avec 40% des citations. Et ensuite, la « petite sœur » de cette mesure, portant elle-aussi sur une augmentation des prix, mais cette fois « l'augmentation régulière du prix du paquet depuis les années 90 » qui prend la médaille de bronze en étant citée en 3ème position de notre palmarès avec 21% des citations. Ces mesures sur les prix du tabac, à elles deux, autant citées que l'interdiction de fumer dans les lieux publics (40% +21% contre 60% pour l'interdiction de fumer dans les lieux publics) devancent largement d'autres mesures pourtant assez spectaculaires, et le plus souvent largement soutenues par les Français, prises depuis ces dernières années : La loi Evin arrive en 4ème position avec 15% des citations, les images choc et les avertissements sanitaires imposés sur les paquets en 2010 occupe la 5ème place avec 14% de citations ou encore les grandes campagnes de communication (spot TV, radio et affiches) qui arrivent en 6ème position avec 13% des citations. La dernière mesure citée comme la plus efficace est la plus récemment décidée, l'instauration (à partir de mai 2016) du paquet neutre, avec seulement 9% de citations, alors même que les Français la soutiennent très majoritairement.

Preuve de l'efficacité de la hausse des prix du tabac : les fumeurs eux-mêmes jugent que les mesures liées de hausses des prix du paquet ont été parmi les plus efficaces et un fumeur sur deux pense qu'il s'arrêterait de fumer si le paquet de cigarettes passait à 10€.

Plus intéressant encore, voire plus spectaculaire, que notre classement auprès de l'ensemble des Français, le classement des mesures passées jugées les plus efficaces est sensiblement le même auprès des fumeurs qu'auprès du reste de la population. Eux aussi proposent le même podium que les Français, plaçant en tête des mesures les plus efficaces prises jusqu'à présent « l'interdiction de fumer dans les lieux publics » (53% des citations) devant les deux mesures liées à l'augmentation des prix du tabac qui recueillent 45% des citations en cumul pour les deux mesures : 28% citent « l'augmentation significative (de +45% en 3 ans) comme entre 2001 et 2004 » et 17% « l'augmentation régulière du prix du paquet depuis les années 90 ». C'est bien la preuve que si les fumeurs sont contre les hausses à venir du prix du tabac, c'est bien parce qu'ils pensent qu'elles affecteront lourdement leur pouvoir d'achat, et nullement parce qu'ils dénieraient l'efficacité concrète de ces mesures en matière de lutte contre le tabagisme. D'ailleurs, pas moins d'un fumeur sur deux (50% contre 49%) estime qu'il arrêterait lui-même de fumer si le paquet de cigarettes passait à 10€ ! C'est évidemment énorme, même s'il conviendrait pour anticiper un pronostic réaliste de l'effet de cette mesure de ne retenir parmi ceux-ci que la part de ceux se déclarant absolument certains de le faire, sans leur agréger ceux qui pensent qu'ils le feront « probablement ». Cela représente tout de même près d'un fumeur sur cinq (18%) se déclarant « certains » d'arrêter de fumer au cas où surviendrait une telle augmentation.   Pour le gouvernement la question est donc très simple : faut-il prendre une mesure unanimement perçue comme efficace, mais mettant en colère des pans entiers de la population ou est-il préférable, à un an de la présidentielle et alors que le pays gronde déjà sur d'autres sujets (loi El Khomri, agriculteurs ...) d'attendre ? Bref, le gouvernement fera-t-il le choix de la santé publique ou celui de la paix sociale ? Réponse dans les semaines et les mois à venir ...

Le Carnet de santé : Volet barométrique

Le très faible taux de Français affectés par un problème de santé cet hiver par rapport à l'hiver 2015 (-10 points) est sans effet sur le montant moyen des dépenses de santé, celui-ci étant lourdement impacté par la part minoritaire de la population dépensant le plus.

La part de Français affectés par un problème de santé cet hiver est de 10 points inférieure à celle observée l'année dernière à pareille époque.

Depuis septembre dernier, la part de Français ayant été affectés par un problème de santé reste remarquablement bas, et ce, malgré les mois d'hiver que nous traversons. Ce taux (hors affections chroniques ou de longue durée) est retombé en février (enregistré sur notre Carnet de santé de mars 2016) à son niveau « de croisière » habituel (celui de septembre, octobre et novembre) de 18% après être « monté » à 21% en janvier et à 20% en décembre 2015. C'est faible, et surtout très nettement en dessous des niveaux enregistrés à saisonnalité constante il y a un an, à pareille époque, en mars 2015. ODOXA enregistre ainsi un écart de 10 points en un an entre janvier-février 2015 et janvier-février 2016 : l'année dernière la part de Français ayant été affectés par un problème de santé représentait 27% (en février) à 30% (en janvier) de la population générale alors qu'elle ne représente plus que 18% (en février) à 21% (en janvier) cette année. L'hiver 2016 nous a globalement épargné les grosses épidémies des maladies d'hiver qui avaient durement frappées nos concitoyens en 2015 (grippe, gastro-entérite, rhinopharyngite ...). C'est particulièrement le cas de la grippe : Les états grippaux au sens le plus large ne représentent en février 2016 que le 5ème problème de santé évoqué et ne concernaient « que » 19% des 18% de Français ayant été affectés par un problème de santé, soit moins de 3,5% de la population adulte française. Or, il y a un an, en février 2015 (Carnet de santé de mars 2015) ils représentaient la première cause d'affection et touchaient 27% des 27% de Français affectés par un problème de santé, soit le double (plus de 7%) ! Alors que les états grippaux concernaient il y a un an près de 3,5 millions de Français - qu'ils se soient ou non rendus en consultations - ils ne concernent plus cette année que 1,75 millions de nos concitoyens.

Pourtant, cette baisse du nombre de « malades » ne change rien au niveau moyen de dépenses de santé des Français.

On pourrait imaginer que cette nette baisse du nombre de « malades » se traduise par une baisse au moins conséquente du montant moyen des dépenses de santé des Français (qu'elles soient ou non remboursées). Il n'en est absolument rien ! 83 € ... le montant moyen des dépenses de santé enregistrées sur deux mois cumulés en janvier et février 2016 est exactement le même que celui observé en janvier et février 2015, bien que les « malades » soient deux fois moins nombreux cette année. Le montant de ces dépenses était en effet de, respectivement 86€ et 80€ en janvier-février 2016 alors qu'il était de 84€ et 82€ en janvier-février 2015 (soit 83 € en moyenne sur les deux mois pour les deux années). Evidemment, il n'y a là aucun mystère, comme nous l'avons déjà relevé à plusieurs reprises sur ce baromètre, la moyenne observée est lourdement « plombée » par les personnes ayant les dépenses les plus fortes, même si celles-ci ne représentent que 1%, 10%, 20% ou 30% de l'ensemble de la population. Or, le nombre de ces « gros consommateurs » de dépenses de santé a sensiblement progressé par rapport à l'année dernière ce qui a totalement compensé la baisse importante de la population des « malades ». Ainsi, entre février 2015 et 2016, la part des Français estimant avoir dépensé plus de 50€ en dépenses de santé au cours du mois écoulé a progressé de 3 points, passant de 31% en février 2015 à 34% en février 2016. C'est donc uniquement en trouvant des solutions sur ces cas, que le niveau moyen de dépenses de santé des Français pourra réellement baisser.

Gaël Sliman, Président d'Odoxa

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz IMC
quiz
Quiz IMC
Saisissez votre poids et votre taille pour calculer votre Indice de Masse Corporelle
 
169 commentaires - Carnet de santé de Mars 2016
  • avatar
    paplum54 -

    l’homme et ainsi fait il a besoin ,d'une addiction ,les jeux,le travail,la drogue ,le sport,le sucre ,la bouffe,l'alcool,la cigarette ,la vitesse,l'amour et sexe ,et vous avez ces médecins qui pour assoir leur notoriété il vous font la morale en vous demandant des dépassements d'honoraire avec un large sourire

  • avatar
    paplum54 -

    c'est n'importe quoi ,8 paquets sur 10 sont acheter soit sur internet,soit dans les pays frontalier,soit dans la rue alors augmenter le prix ou le paquet neutre ,ne fait augmenter le trafic,et a savoir ce qui il y a dedans,alors que les cigarettes qui sont chez nos buralistes sont contrôler on ferait mieux d'interdire certain produit rajouter dans les cigarettes ,et l'absurdité dans tout ça ces d'interdire les cigarettes menthol qui est la cigarette la moins fumer l’alcool fait plus de dégât que la cigarette

  • avatar
    MONA70 -

    Au début, l'augmentation à 10€ freinera les fumeurs, mais ensuite tout reprendra le rythme habituel, comme à chaque fois et où est le bénéfice? toutjours plus de fumeurs actifs et aussi passifs. Alors il vaudrait mieux trouver une solution valable pour aider les fumeurs à ralentir leur consommation jusqu'à l'arrêt complet de cette addiction.

  • avatar
    lamich -

    Le seul résultat du schmilblic sera une augmentation massive des achats de tabac dans les pays limitrophes et la ruine des tenanciers de bureau de tabac !! Un fumeur trouvera toujours des bonnes excuses pour fumer et les moyens d'assumer

  • avatar
    BURFRED250364 -

    alcool,tabac,carburant, monopole d'état. je vous vend de l'alcool je vous guette avec mon alcotest. je vous vend du carburant ,je vous attend avec mes radars et pour le tabac, je vous vend du poison en vous disant que "c'est pas bien " mais je ramasse tellement d'argent que ...........

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]