Les Français se sentent en moins bonne forme malgré une meilleure santé dans les faits

  • info
  • photos
Chargement en cours
Une bonne forme de la population en baisse depuis avril et au même niveau qu'en mars
.
1/11
Une bonne forme de la population en baisse depuis avril et au même niveau qu'en mars
© ©BVA

Si entre mars et avril, la sortie de l'hiver avait été salutaire pour les Français, les effets positifs de l'arrivée du printemps semblent s'être atténués depuis. En effet, 79% des Français se déclarent en bonne forme ce mois-ci, soit le même niveau qu'au mois de mars, alors qu'ils étaient 86% en avril. Cet état annoncé ne semble toutefois n'être qu'une impression indexée sur le moral puisque, parallèlement, moins de problèmes de santé ont été recensés au mois de mai : 61% des Français ont témoigné d'au moins un problème de santé rencontré ces dernières semaines alors qu'on en dénombrait 69% en avril (et 68% en mars). Ce phénomène est identique quand il s'agit des enfants : 56% seulement des parents déclarent un problème de santé chez un de leurs enfants contre 70% en avril (et 72% en mars). Dans le détail, les problèmes de santé rencontrés par les adultes continuent d'évoluer : l'installation du printemps voit diminuer nettement les cas de rhume (24% vs 37% en avril), de grippe (7% vs 13% en avril), de bronchite (5% vs 8%) et de gastroentérite (4% vs 8%).Les cas de rhume sont également en forte baisse chez les enfants (32% vs 48% en avril et 47% en mars). Les états grippaux continuent de diminuer (19% vs 16% en avril), tout comme les cas de gastroentérite (8% vs 17% en avril) et d'angine (3% vs 10% en avril). Les allergies printanières semblent également s'apaiser(16% vs 19% en avril).

Les attitudes face aux problèmes de santé rencontrés restent les mêmes

Qu'importe la saison et la nature des affections, les Français gardent la même ligne de conduite pour faire face aux maladies. Dans les mêmes proportions, ils consultent en premier lieu un médecin traitant (34%) ou ont recours à l'automédication (28%). Quand les malades attendent que leur mal passe tout seul, c'est principalement pour ne pas prendre de médicaments (46%) ou par manque de temps (25%). La hiérarchie de ces motifs est la même depuis les premières mesures. Concernant les raisons économiques, on observe un retour à la normale (19% vs 21% en mars). Pour les parents, la visite chez un médecin généraliste est stable par rapport au mois dernier (42%) mais on observe chez eux une tendance à la hausse de l'automédication (33% vs 27% en avril et 23% en mars), sans doute le signe d'une gravité moindre des affections rencontrés par leur enfant.

Le budget santé s'allège

Dans la mesure où la proportion de Français ayant rencontré un problème de santé est en baisse, il est assez logique que moins de Français aient été confrontés à des dépenses de santé ce mois-ci (68% vs 72% en avril) et que le budget moyen par Français ait diminué. Ils ont dépensé 85,10€ en moyenne contre près de 10€ de plus au mois d'avril. Lorsqu'on ne considère que les Français ayant effectivement eu des frais de santé, cette moyenne est en baisse aussi (125,90€ contre 131,20€ en avril), preuve d'un réel allégement de ce poste de dépense. La perception du poids des frais de santé dans le budget global mensuel suit la même tendance : seul un Français sur 4 trouve que la somme dépensée représente une charge importante ou insupportable (26%) alors qu'ils étaient 31% il y a un mois.

Le vapotage de la discorde

Alors qu'aucune étude scientifique n'a pour le moment mis en accusation la cigarette électronique, les Français s'en méfient en grande majorité. Adeptes du principe de précaution, plus de 6 Français sur 10 (62%) la considèrent dangereuse pour la santé, peut-être même autant que la cigarette « classique » et souhaitent qu'elle soit interdite dans les lieux publics, à l'instar de sa grande sœur.

Méthodologie

Enquête réalisée par l'Institut BVA les 15 et 16 mai 2014 auprès d'un échantillon de 1074 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas, appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de l'interviewé et du chef de famille après stratification par région et catégorie d'agglomération.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz audition
quiz
Quiz audition
Après un concert, on peut avoir des bourdonnements, mais ça passe... Les effets sonores sont-ils...
 
0 commentaire - Les Français se sentent en moins bonne forme malgré une meilleure santé dans les faits
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]