Une sortie de l'hiver salvatrice pour les Français...

  • info
  • photos
Chargement en cours
Des Français qui se sentent en meilleure forme à la sortie de l'hiver
.
1/10
Des Français qui se sentent en meilleure forme à la sortie de l'hiver
© ©BVA

Les Français sont en bien meilleure forme que le mois dernier : ils étaient 78% à déclarer se sentir en bonne forme il y a un mois, ils sont à présent 86% (+8 points). 18% se sentent même en très bonne forme, soit 6 points de plus que la mesure de mars. L'arrivée des beaux jours semble donc impacter positivement la condition physique ressentie par la population mais joue également sur le type de problèmes de santé qu'ont rencontrés les Français. En effet, si le nombre de personnes déclarant au moins une anomalie de santé ce mois-ci (69%) est peu ou prou le même qu'en mars (68%), on constate des évolutions des pathologies évoquées. Alors que les cas d'états grippaux ont significativement diminué passant de 19% à 13%, la fréquence des allergies est bien plus importante (12% le mois dernier contre 19% aujourd'hui). Ce constat saisonnier est semblable chez les enfants. Les maux hivernaux se font plus rares : 19% des parents déclarent des états grippaux (-7 points), 17% des rhinopharyngites ou laryngites (-5 points) et 17% des gastro-entérites (-3 points). Néanmoins, en parallèle, la proportion de parents (parmi ceux déclarant au moins un problème de santé chez leur enfant) qui ont été confrontés à des allergies chez leur progéniture est multipliée par 3 par rapport à la dernière mesure (19% contre 6% le mois dernier).

...mais des attitudes face aux maux qui restent les mêmes

Si les soucis de santé rencontrés sont relativement dépendants de la période de l'année, les réponses à ces problèmes évoluent peu. Principalement, parmi les Français qui ont eu un problème au cours du mois dernier, 35% ont consulté un médecin traitant ou généraliste (36% en mars), 30% ont eu recours à l'automédication (32% en mars) et 18% ont attendu que cela passe (18% en mars). Quand les malades attendent que leur mal passe tout seul, c'est principalement pour ne pas prendre de médicaments (38%) ou par manque de temps (29%), comme constaté précédemment. Ils sont toutefois plus nombreux que le mois dernier à ne pas avoir consulté de professionnels par souci d'économie (27%, +6 points). Quand il s'agit des enfants, les parents ont en revanche moins systématiquement consulté un médecin traitant ou généraliste (42%, -8 points) et ont davantage choisi de soigner leurs enfants eux-mêmes (27%, +4 points). Ces changements de comportements peuvent être dus à la nature des pathologies rencontrées, plus familières pour les parents dans le cas des allergies contrairement aux maladies hivernales dont les symptômes sont souvent plus alarmants.

Un budget "santé" stable depuis un mois

Le nombre constant de problèmes de santé rencontrés (malgré la meilleure forme déclarée des Français) explique sans doute la stabilité du poste de dépense que constitue la santé. En effet, le mois dernier les Français avaient consacré 93,50€ à leurs dépenses de santé et cette moyenne est évaluée à 94,90€ ce mois-ci. Ce budget est à nouveau tiré fortement vers le haut par les personnes ayant effectué les dépenses les plus importantes : si on ne tenait pas compte des Français ayant dépensé plus de 200€ au cours du mois, cette moyenne des frais de santé tomberait à 44,50€ (42,90€ le mois dernier). Conséquence de cette stabilité financière, la perception du poids budgétaire mensuel de la santé est parfaitement similaire à celle de la vague précédente : pour seulement 31% des Français, ce poids est important dont 4% le trouvant insupportable. Au contraire, 2 tiers des Français (65%) le jugent peu ou pas important. On observe logiquement que plus le montant des dépenses est élevé, plus il devient difficilement supportable.

4 Français sur 10 physiquement gênés par les récents pics de pollution survenus dans les grandes agglomérations

Lors des épisodes de pollution très importants qu'a récemment connu le pays, 43% des Français ont ressenti les conséquences physiques des particules fines. Cette gêne a été ressentie plus fortement encore chez les femmes (52%) et en Région parisienne (59%). Dans le détail, un Français sur 4 a été pris de toux (24%) ou d'irritations oculaires (23%). De façon secondaire, 18% ont éprouvé une gêne respiratoire qu'ils attribuent aux pics de pollution et 17% évoquent des maux de tête.

Méthodologie

Enquête réalisée par l'Institut BVA les 17 et 18 avril 2014 auprès d'un échantillon de 983 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas, appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de l'interviewé et du chef de famille après stratification par région et catégorie d'agglomération.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz audition
quiz
Quiz audition
Après un concert, on peut avoir des bourdonnements, mais ça passe... Les effets sonores sont-ils...
 
1 commentaire - Une sortie de l'hiver salvatrice pour les Français...
  • avatar
    fennec612 -

    fennec612

    si les français ont bien passés l'hiver ,sans trop de problème de santé , ce n'est pas grace a la vaccination qu'ils ont refusés en nombre. mais simplement par-ce-qu'ils ont compris qu'ils pouvaient aller mieux en se soignant mieux. de quelle façon. simplement en acceptant de prévenir, en temps utile , avec des traitements a base d'huiles essentielles ou phytothérapie , traitement qui n'engendre pas d'autres maladies, provoquées par le trop de médication chimique de synthèse prescrit par la seule médecine reconnue dans ce monde n'acceptant pas la vérité ainsi que la véracité des soins naturels. alors que nous sommes fait pour travailler ensemble. mais l'orgueil et la vanité étant la première qualité de la médecine traditionnelle , ainsi que l'intérêt des labos ,médecins et pharmaciens comptant parmi les soudoyers tout comme les ministres de la santé, nous ne sommes pas prés de redresser le déficit de la sécurite sociale. cette dernière étant la bonne vache a lait pour tous les élus et employés de l'état , en commençant par les enseignants et médicaux. il existe des témoignages prècis de patients ayant eu comme thérapeute la médecine naturelle se portant beaucoup mieux qu'avec des traitements chimiques de synthèse.

    avatar
    JO28 -

    Peut-être aussi parce-que l'hiver a été particulièrement doux!!! Mais tout est bon pour enfumer les français.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]