Démangeaisons : près d'un tiers des Français concernés

  • info
  • photos
Chargement en cours
Les démangeaisons touchent surtout les bras, les jambes, la tête et le dos, et le plus souvent en fin de journée.
Démangeaisons : un mal répandu mais sous-estimé
1/5
Les démangeaisons touchent surtout les bras, les jambes, la tête et le dos, et le plus souvent en fin de journée.
©

"La peau s'enflamme, les doigts s'agitent, le cœur s'affole." Lorette Nobécourt, auteur de "La démangeaison", connait bien ce mal dont elle a souffert pendant quarante ans, à cause d'un eczéma. Comme elle, c'est près d'un tiers des Français qui se disent touchés par des démangeaisons au cours des sept derniers jours, d'après une étude du CHU de Brest, seul ville à posséder un centre dédié au prurit en France. Pourtant, il n'est que rarement pris au sérieux, malgré son impact négatif réel sur la qualité de vie des personnes touchées, ainsi que son rôle dans le diagnostic de certaines maladies.

Un mal négligé qui touche un tiers des français

La recherche autour des démangeaisons, ou prurit en terme médical, a débuté il y a quinze ans seulement, et a permis de comprendre les mécanismes de cette sensation, pour tenter d'y apporter un remède efficace.

Le prurit possède des voies nerveuses qui lui sont propres, indépendamment de celle de la douleur. A Brest, l'équipe du professeur Misery a fait le choix de se centrer sur la liaison entre ces voies nerveuses spécifiques et les cellules de la couche superficielle de la peau. Elle teste différentes molécules dans le but de trouver celle qui arrivera à stopper la transmission nerveuse, qui est présente à ce niveau pour l'ensemble des démangeaisons quelle que soit la cause. Cette molécule permettrait de mettre fin rapidement à toute démangeaison, et permettrait donc une amélioration significative du quotidien de beaucoup de gens.

L'intensité et la durée du prurit peuvent varier grandement et faire vivre un véritable enfer à la personne touchée. Ses conséquences peuvent être rudes sur la vie quotidienne : "une démangeaison ininterrompue est un rappel permanent du corps à soi et perturbe la relation au monde et à l'autre" explique Lorette Nobécourt. Dans certains cas les démangeaisons ne sont déclenchées qu'au contact d'un élément en particulier, comme le prurit aquagénique, provoqué par l'eau. Dans ce cas, la baignade, la douche sont difficiles, mais également toute activité physique à cause de la sueur, ce qui impacte fortement la vie sociale.

Faute d'un remède dédié, des antihistaminiques sont souvent prescrits, mais leurs effets ne se font ressentir que dans les cas d'allergies, qui ne représentent qu'une faible partie des démangeaisons. En effet, elles sont souvent sous-estimées, par la recherche, mais également par les patients eux-mêmes, qui les considèrent souvent « hors-sujet » lors d'une consultation médicale.

Mais les évoquer peut aider significativement le médecin dans son diagnostic : le prurit peut être dû à une atteinte dermatologique, mais aussi à une maladie du sang, du foie, ou de la moelle osseuse. Il ne faut donc pas hésiter à consulter dès qu'une démangeaison persiste.

Les problèmes dermatologiques, première, mais pas unique cause de démangeaisons

Une cause dermatologique est plus facile à détecter car elle s'accompagne de symptômes visibles, comme des plaques rouges, une desquamation, ou encore des vésicules entre les doigts, qui permettent le diagnostic de psoriasis, d'eczéma, ou de la gale. Un examen du cuir chevelu peut également révéler la présence de poux. Dans ces cas, le dermatologue donnera un traitement qui permettra de soigner la maladie et d'éradiquer les démangeaisons.

Mais même si cette cause reste la plus fréquente, elle n'est pas la seule : 10% des démangeaisons sont causées par un problème au niveau du sang, du foie, des reins, du système endocrinien ou encore du système nerveux. Le prurit est un symptôme courant dans des spécialités où l'on ne l'attend pas, comme la gastro-entérologie, mais il est trop souvent négligé par le malade lors de la consultation, qui le juge moins important que d'autres, malgré le rôle qu'il peut jouer dans le diagnostic. En effet, lorsqu'un obstacle bloque l'écoulement dans les voies biliaires (ce qui arrive dans les cas de cirrhose, d'hépatite, ou même de grossesse), la bile ne peut être évacuée correctement, et stagne dans l'organisme, ce qui donne lieu à des démangeaisons. Dans les maladies du sang ainsi que pour certains cancers, comme le cancer des ganglions ou la leucémie, des démangeaisons peuvent être présentes : en parler aide alors le médecin à poser un diagnostic pertinent.

Dans ces cas, le traitement de la maladie débarrasse le patient de ses démangeaisons. Lorsque la cause est hépatique, le prurit cesse une fois que l'obstacle est évacué des voies biliaires, mais cela peut prendre plusieurs jours et l'arrêt des démangeaisons n'intervient pas instantanément. Le médecin dispose alors de certains médicaments qui permettent de soulager le patient, comme la cholestyramine, la rifadine, ou encore l'acide ursodésoxycholique. Ce dernier peut être prescrit aux femmes enceintes, particulièrement sujettes aux prurits d'origine hépatique. Lorsque la cause est hématologique, le traitement est plus difficile car dans ce cas les démangeaisons subviennent bien avant le déclenchement d'autres symptômes permettant un diagnostic, or toutes ne débouchent pas sur une maladie du sang.

Mais les démangeaisons peuvent ne pas être liées à une pathologie, comme c'est le cas avec la prise de certains médicaments, dont elles font partie des effets secondaires. Certains traitements contre l'hépatite C, le paludisme, l'insuffisance cardiaque ou l'hypertension artérielle peuvent être la cause de prurits pour les malades.

Mais il n'existe pas toujours de traitement...

Bien que la cause psychologique soit rare, il est possible que le traitement de la maladie ne libère pas des démangeaisons, ou qu'elles ne soient dues ni à une maladie, ni à une prise de médicaments. Certaines atteintes de la moelle osseuse par exemple, peuvent donner lieu à un prurit résistant dont l'intensité est variable.

Dans ces cas, une thérapie comportementale d'habituation est envisageable, de manière à éviter au maximum le grattage qui ne fait qu'empirer les démangeaisons. Il est également important d'adopter les bons réflexes qui minimiseront le prurit : éviter la chaleur, penser à bien hydrater sa peau, et trouver ses propres méthodes pour le soulager. C'est ce qu'a vécu Lorette Nobécourt, qui n'a réussi à vaincre l'eczéma et les démangeaisons qu'il engendrait en se tournant vers l'écriture, après l'échec de crèmes et médicaments sur sa maladie. Mettre des mots sur ce qu'elle ressentait lui a permis de remettre en cause son mode de vie pour finalement trouver une harmonie, et se défaire de sa maladie.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz IMC
quiz
Quiz IMC
Saisissez votre poids et votre taille pour calculer votre Indice de Masse Corporelle
 
16 commentaires - Démangeaisons : près d'un tiers des Français concernés
  • avatar
    papou700 -

    il y a aussi une autre maladie que les médecins ne connaissent pas c'est le lupus j'ai souffert pendant des années de démangeaisons avec de grosses plaques squameuses on ma tout dit c'est un pso ,eczéma,maladie de lime etc...et au bout de 3ans de recherches on ma trouvé un lupus érythémateux aigu disséminé ,et depuis 8ans on recherche un remède pour m'aider mais rien ni fait je vie un enfer démangeaisons,douleurs articulaires , fièvre, etc.. comme c'est une maladie rare elle n’intéresse pas la médecine et on sert de petits cobayes on nous fait prendre des tas de médocs avec parfois de gros effets secondaires

  • avatar
    sylvestre -

    à réponse à friviere : votre commentaire m'intéresse : je vais passer une série d'examens dans 3 jrs à la recherche du pourquoi d'éternuements et difficultés respiratoires, notamment au mois de mai !

  • avatar
    sylvestre -

    j'en souffre depuis assez jeune, mais cela devient envahissant depuis une dizaine d'années, d'autant que cela est tjs sous l'omoplate dr. difficile à atteindre...

  • avatar
    babe55 -

    Quand ca gratte, ou ca démange: peut être voir si les puces sont dans le secteur !!! Haha

  • avatar
    mamy87 -

    Entre troubles psychosomatiques et maladie auto-immunes,on a du mal à s'y retrouver mais les faits sont là:ces démangeaisons sont pénibles à supporter;à quand une solution efficace?

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]