Cancer du sein: vers un meilleur dépistage des femmes de moins de 50 ans

Cancer du sein: vers un meilleur dépistage des femmes de moins de 50 ans©Joel Saget

publié le 19 mai 2014 à 13h05

Les autorités sanitaires préconisent un dépistage renforcé pour les femmes de moins de 50 ans ayant un risque élevé de cancer du sein

En plus du dépistage organisé du cancer du sein pour toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans, les femmes à haut risque de moins de 50 ans devraient pouvoir bénéficier d'un dépistage renforcé et plus systématique, recommande la Haute autorité de santé (HAS).

"Nous avons voulu clarifier toutes les situations dans lesquelles les femmes (de moins de 50 ans) nécessitent un dépistage spécifique", a indiqué à l'AFP le Pr Jean-Luc Harousseau, le président du Collège de la HAS, un organisme public qui évalue les prises en charge et formule des recommandations de bonne pratique à destination des médecins.

L'âge est le principal facteur de risque du cancer du sein, le cancer le plus fréquent chez les femmes avec 48.700 nouveaux cas et 11.800 décès estimés en 2012, selon des statistiques de l'Institut National du cancer (INCa).

Mais si près de la moitié des cas surviennent chez des femmes de plus de 65 ans, près de 11.000 (soit un peu moins d'un quart) ont été diagnostiqués l'an dernier chez des femmes de moins de 50 ans, présentant généralement des facteurs de risques particuliers, notamment des antécédents familiaux.

Pour faciliter le repérage de ces femmes, qui jusqu'à présent faisaient l'objet de "pratiques de dépistage hétérogènes et parfois inadaptées", la HAS a passé en revue 69 facteurs de risque présumés de cancer du sein.

Certains comme le thé ou le café, les prothèses en silicone, la taille des seins ou une densité mammaire élevée après la ménopause ont été écartés par la HAS après analyse des données scientifiques.

Pour d'autres facteurs, comme le traitement hormonal substitutif (THS) après la ménopause ou une grossesse tardive, le Pr Harousseau a relevé qu'ils étaient associés à une "faible" augmentation des risques et ne nécessitaient pas un dépistage spécifique.

- Antécédents familiaux -

La HAS a en revanche défini des situations à risques nécessitant un dépistage tous les ans, voire parfois tous les six mois chez des femmes âgées de moins de 50 ans : il s'agit notamment de celles ayant des antécédents personnels de cancer du sein ou ayant subi des irradiations à haute dose lors de radiothérapies (notamment pour traiter des cancers des ganglions lymphatiques).

Parmi les femmes les plus exposées, figurent également celles ayant des antécédents familiaux (directs avec la mère ou grand-mère et aussi indirects avec une tante par exemple) et dont les risques peuvent, en l'absence de test génétique, être évalués par des oncogénéticiens au vu de leur arbre généalogique et de leur âge.

Seules les femmes qui ont une mutation identifiée des gènes BRCA 1 ou 2 (environ 0,2% des femmes) et présentent dès lors un risque très élevé de cancer du sein, bénéficient aujourd'hui d'un dépistage renforcé combinant une surveillance clinique tous les six mois à partir de l'âge de 20 ans et un suivi par imagerie mammaire (IRM, mammographie et échographie) tous les ans, à partir de l'âge de 30 ans.

La HAS a, par ailleurs, rappelé l'intérêt du dépistage organisé du cancer du sein pour toutes les femmes âgée de 50 à 74 ans, en dépit d'une polémique récurrente sur l'intérêt de ce dépistage mis en place en France en 2004.

"Le dépistage organisé comporte des risques que nous connaissons comme le sur-diagnostic ou les cancers induits (liés aux irradiations des mammographies, ndlr) , mais le bénéfice risque reste très positif", a souligné le Pr Harousseau.

Le sur-diagnostic fait référence à la détection de très petites tumeurs qui n'auraient pas eu d'impact du vivant de la personne concernée. Selon les études, ce risque est estimé entre 10 à 20% des cas diagnostiqués.

"En l'état actuel des connaissances, il n'est pas possible de prédire l'évolution d'une lésion cancéreuse au moment où elle est dépistée. C'est pourquoi il est proposé, par précaution, de traiter l'ensemble des cancers détectés", souligne la HAS.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz tabac
quiz
Quiz tabac
Combien de temps après vous être réveillé, fumez-vous votre première cigarette ? Trouvez-vous...
 
0 commentaire - Cancer du sein: vers un meilleur dépistage des femmes de moins de 50 ans
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]