Chikungunya: l'épidémie se poursuit en Guyane, décroît aux Antilles

Chikungunya: l'épidémie se poursuit en Guyane, décroît aux Antilles©Christophe Simon

publié le 07 novembre 2014 à 17h11

Transmis par un moustique, le chikungunya provoque de fortes fièvres et des douleurs articulaires

L'épidémie de chikungunya se poursuit en Guyane, où de nouveaux foyers sont apparus dans l'ouest, mais décroît aux Antilles, a indiqué vendredi la Cellule interrégionale d'épidémiologie (Cire) de l'Institut de Veille sanitaire (InVS).

Depuis le début de l'épidémie fin février, "6.885 cas cliniquement évocateurs du chikungunya ont été recensés au 2 novembre", soit 2,7% d'une population de 250.000 habitants du département sud-américain. Les cas confirmés sont au nombre de 4.612. Aucun décès en lien avec le "chik" n'a été déploré.

Le chikungunya est un virus transmis par le moustique Aedes Aegypti. Il provoque de fortes fièvres et des douleurs articulaires, qui peuvent persister plusieurs mois, voire plusieurs années. La maladie peut être mortelle chez les patients fragilisés.

"Les secteurs de l'île de Cayenne, regroupant les communes de Cayenne, Matoury et Remire-Montjoly, et de l'Ouest Guyanais (Saint-Laurent du Maroni, Mana, Awala Yalimpo) sont ceux où l'incidence des cas cumulée était la plus importante ces quatre dernière semaines", note la Cire dans son bulletin épidémiologique.

"La situation reste stable sur le secteur de Kourou (à 60 km à l'ouest de Cayenne) et à Roura (vers l'intérieur à 30 km de Cayenne) où des foyers de transmission du virus sont toujours actifs", ajoute la Cire. "De nouveaux foyers apparaissent dans la commune d'Apatou (à 60 km au au sud de Saint-Laurent du Maroni)", poursuit la cellule.

Toutefois, seules les communes du littoral, la zone la plus urbanisée, ont été classées depuis mi-octobre en phase 3, c'est-à-dire épidémique. Les autres communes sont restées en phase 2 correspondant à une transmission modérée du virus, précise la Cire.

A Saint-Martin, où le premier cas de chikungunya dans les Antilles françaises a été détecté en décembre 2013, la transmission virale est retombée à "modérée", de même qu'à Saint-Barthélémy.

En Guadeloupe et en Martinique, où l'épidémie a touché le plus de personnes avec respectivement plus de 80.000 cas et près de 70.000 cas, l'épidémie est en "décroissance".

Dans l'Hexagone, sept cas de chikungunya "autochtone" (transmis sur place) ont été détectés à Montpellier et il s'agit selon l'InVS des premiers cas autochtones de cette maladie en France métropolitaine cette saison. Le premier cas en France avait été détecté en 2010 dans le Var.

Les collectivités d'outre-mer du Pacifique commencent également à être touchées. La Polynésie française a détecté ses quinze premiers cas endémiques à Tahiti en octobre. Le virus avait été identifié en mai sur une patiente venue de Guadeloupe.

La Nouvelle-Calédonie a recensé début novembre son premier cas importé, un homme revenant de Polynésie.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz IMC
quiz
Quiz IMC
Saisissez votre poids et votre taille pour calculer votre Indice de Masse Corporelle
 
0 commentaire - Chikungunya: l'épidémie se poursuit en Guyane, décroît aux Antilles
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]