Ebola: au Liberia, il faut une froideur clinique pour sauver des vies

Ebola: au Liberia, il faut une froideur clinique pour sauver des vies©Dominique Faget

publié le 08 septembre 2014 à 21h09

Des agents de la Croix-Rouge, vêtus de combinaison de protection, évacuent le corps d'une victime dans le village de Banjor, le 4 septembre 2014, près de Monrovia, au Liberia

Fatimah Jakemah était en fin de grossesse quand elle est morte d'Ebola. En combinaison de protection, des agents de la Croix-Rouge du Liberia tirent la fermeture éclair de son sac mortuaire et désinfectent la maison avant de passer à la suivante: l'épidémie ne laisse guère de place à la compassion.

"Elle avait 20 ans et c'était la première fois qu'elle était enceinte", affirme Gaimu Paul, un voisin à Banjor, un bidonville à la périphérie de la capitale, Monrovia. "Quand elle est tombée malade, ses voisins ont fui. Personne ne sait où".

La jeune femme a appelé au secours pendant des jours avant que ses cris ne s'éteignent. "Elle réclamait à boire et à manger mais nous avions peur de l'approcher. Quiconque s'approche d'un malade d'Ebola pour l'aider est rejeté par la communauté", explique-t-il.

Au Liberia, pays le plus touché par l'épidémie, avec plus de la moitié des 2.000 morts et 4.000 cas recensés, et probablement des milliers de cas supplémentaires d'ici la fin du mois, selon l'Organisation mondiale de la Santé, la Croix-Rouge fait du porte-à-porte pour ramasser les corps des victimes et stériliser leurs maisons.

Ce jour-là à Banjor, la Croix-Rouge est venue collecter deux cadavres, mais manifestement, il y en a plus.

Une fois Fatimah Jakemah évacuée, le responsable du quartier, John Yarngroble montre au chef d'équipe, Kiyea Friday, une autre hutte en bois et en tôle.

Un homme d'une quarantaine d'années, Fatoma Amadu, malade, gît à l'entrée, respirant difficilement.

Deux infirmiers en combinaisons anti-bactériologiques l'enjambent pour entrer dans la maison où ils s'attendent à trouver le corps d'une vieille femme. Mais quelques minutes après, ils ressortent pour dire qu'elle est encore vivante.

"Nous sommes là uniquement pour récupérer des corps. Avant de nous appeler, assurez-vous que la personne est décédée. D'autres personnes s'occupent des malades", dit Kiyea Friday, sermonnant John Yarngroble.

"Oui, Monsieur. Nous vous rappellerons quand ils seront morts. Merci d'être venu", répond ce dernier sur un ton courtois, tandis que des larmes roulent sur ses joues.

- 'Gestion des cadavres' -

Le chef d'équipe appelle de son téléphone portable, d'une voix posée mais avec une expression d'urgence.

"J'ai deux personnes ici dans un état critique. Pouvez-vous envoyer une ambulance? J'ai aussi besoin d'au minimum six sacs mortuaires en plus. Il y a tellement de morts. Je me sens mal, Monsieur. Le taux de mortalité est trop élevé", lâche-t-il dans l'appareil.

La mission de la Croix-Rouge est baptisée "gestion des cadavres", un euphémisme qui en minimise l'importance dans la prévention de la propagation.

M. Friday fait remonter ses hommes dans leurs ambulances pour se rendre dans une maison où le père de famille est mort.

"Il a récemment perdu un de ses enfants qui était malade à Brewerville", une localité voisine, raconte Mohamed Barbar, un ami. "Comme ils sont musulmans, il est allé là-bas pour laver le corps. Depuis leur retour, ils sont malades et cinq d'entre eux sont morts".

Il fait venir deux fils du défunt, âgés de 20 ans et huit ans. "Ce sont ceux qui étaient en contact avec eux pendant qu'ils étaient malades", indique-t-il à Kiyea Friday qui demande aux deux frères d'aller faire un test dans un centre de traitement.

"Nous vous disons cela pour qu'il n'y ait pas d'autres morts. Vous avez approché votre père et votre frère et vous êtes occupés d'eux. Vous devez subir un test", leur dit le chef d'équipe de la Croix-Rouge.

"Eux aussi ont l'air très malades. Ils ont besoin de soins", confie-t-il dans un souffle.

Les victimes d'Ebola sont à leur niveau de contagion maximale juste après la mort. Les funérailles traditionnelles impliquant le lavage des corps, incriminées dans la propagation, sont désormais interdites.

En cinq minutes, l'équipe extrait les corps de la maison et les deux frères survivants éclatent en sanglots à la vue des sacs mortuaires fermés.

"Parfois, nous ramassons plus de 15 corps par jour et nous ne sommes pas la seule équipe. Je dirais qu'au total la Croix-Rouge en récupère 30 à 50 quotidiennement", précise M. Friday.

La star du football au Liberia, George Weah a déploré lundi que "cette épidémie tue notre tissu social", lors de la remise à Monrovia de matériel médical par l'ONG qu'il a créée contre Ebola.

"Nous avons l'habitude de nous donner l'accolade, de nous serrer la main. Mais cette maladie nous prive de cette harmonie dans nos vies", a souligné l'ancien joueur international.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz IMC
quiz
Quiz IMC
Saisissez votre poids et votre taille pour calculer votre Indice de Masse Corporelle
 
0 commentaire - Ebola: au Liberia, il faut une froideur clinique pour sauver des vies
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]