Ebola: la Banque mondiale s'inquiète du "facteur peur"

Ebola: la Banque mondiale s'inquiète du ©Zoom Dosso

publié le 18 septembre 2014 à 08h09

Une femme pleure la mort de son mari, victime du virus Ebola, à Monrovia, le 12 septembre 2014

La Banque mondiale s'est inquiétée mercredi du "facteur peur" lié à Ebola, qui menace les pays touchés par l'épidémie d'un impact économique "catastrophique" après avoir déjà sévi lors de précédentes pandémies mondiales (Sras, grippe aviaire..).

"Si le virus continue de se propager dans les trois pays les plus durement affectés (Guinée, Liberia, Sierra Leone), son impact économique pourrait être multiplié par huit, infligeant un choc catastrophique à des Etats déjà fragiles", indique un rapport de l'institution.

Selon les calculs de la BM, le produit intérieur brut cumulé de ces trois pays pourrait être amputé de 359 millions de dollars en 2014 et de 809 millions en 2015 si l'épidémie n'est pas contenue.

Dans ce scénario catastrophe, la croissance économique chuterait l'année prochaine de 11,7 point de pourcentage au Liberia et de 8,9 point en Sierra Leone, au risque de faire plonger ces deux pays pauvres en récession.

Face à cette crise, le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé qu'il étudierait "début octobre" l'octroi d'une aide supplémentaire de 127 millions de dollars aux trois pays foyers de l'épidémie, qui bénéficient déjà de programmes d'assistance de l'institution.

"La flambée d'Ebola est une grave crise humaine, sociale et économique qui exige une réponse déterminée de la communauté internationale", a commenté la patronne du FMI Christine Lagarde, citée dans un communiqué.

Dans son rapport, la Banque mondiale souligne, elle, que les coûts économiques d'Ebola tiennent principalement à un "facteur peur" difficilement maîtrisable parce que partiellement irrationnel.

"L'impact économique le plus important de la crise ne résulte pas de ses coûts directs (mortalité, morbidité, soins de santé, pertes des jours de travail) mais de réactions de répulsion alimentées par la peur de la contagion", indique la Banque mondiale.

Ce "facteur peur" a des traductions bien concrètes, selon l'institution: il conduit à la fermeture de lieux de travail et à la perte d'emplois, perturbe les transports et a incité des gouvernements à fermer des ports et des aéroports.

- Mises sous quarantaine -

La crise de l'Ebola a déjà poussé plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest dont le Sénégal, le Cameroun ou la Côte d'Ivoire à fermer certaines de leurs frontières par crainte d'une contagion.

Au Sénégal, des villageois ont refoulé des Guinéens hors de leur territoire après la découverte d'un premier cas d'Ebola tandis que des zones entières de l'Afrique de l'Ouest ont été mises sous quarantaine.

L'Afrique du Sud ou le Kenya ont eux interdit l'entrée sur leur territoire de voyageurs en provenance de Sierra Leone, Liberia et Guinée.

"Appliqué à un pays tout entier, des mesures de mise en quarantaine vont l'empêcher de recevoir l'aide dont il a besoin pour combattre l'épidémie et vont, en alarmant les partenaires commerciaux, économiques et touristiques, exacerber les réactions de répulsion et l'impact économique de la maladie", selon le rapport.

Des réactions de "panique" se sont également traduites par une hausse des achats de nourriture, faisant grimper les prix au risque de provoquer une crise alimentaire, note la Banque mondiale.

Selon l'institution, ce "facteur peur" a déjà fonctionné à plein lors de deux récentes pandémies mondiales, le Syndrome respiratoire aigu sévère (Sras) qui a sévi en Asie en 2002-2004 ou le virus de la grippe aviaire H1N1 qui s'est propagé en 2009.

"Les analyses montrent que les réactions de répulsion ont été responsables pour 80 à 90% des dommages économiques causés par (ces) épidémies", affirme la Banque mondiale.

Selon l'institution, ce sentiment de peur peut notamment être combattu par une réponse adéquate des autorités et un travail de pédagogie sur les modes de transmission d'Ebola.

"Les employeurs qui savent comment se protéger eux-mêmes et leurs salariés rouvriront les lieux de travail et reprendront la production et l'investissement", espère la Banque mondiale.

Le président américain Barack Obama a appelé mardi "à agir vite" face à l'épidémie d'Ebola qui a tué plus de 2.460 personnes sur près de 5.000 cas détectées, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz audition
quiz
Quiz audition
Après un concert, on peut avoir des bourdonnements, mais ça passe... Les effets sonores sont-ils...
 
0 commentaire - Ebola: la Banque mondiale s'inquiète du "facteur peur"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]