Gates plaide pour une force d'élite contre la vraie menace, "les microbes"

Gates plaide pour une force d'élite contre la vraie menace, ©Glenn Chapman

publié le 19 mars 2015 à 17h03

Lisa Kelley porte une combinaison de protection utilisée dans le traitement des patients atteints du virus Ebola dans un hôpital de campagne financé par Bill Gates, le 18 mars 2015 lors de la conférence TED à Vancouver

La nouvelle menace mondiale? "Les microbes, pas les missiles", selon le milliardaire philanthropique Bill Gates qui a appelé à la création d'une force médicale d'élite prête à réagir en cas d'épidémie.

"L'épidémie d'Ebola est un coup de semonce", a déclaré le co-fondateur du groupe Microsoft, lors de la conférence TED de Vancouver. Cette organisme à but non lucratif organise dans le monde entier des débats d'idée de haut vol dans divers domaines.

Faisant référence à son enfance lorsque les Américains gardaient dans leurs caves des cantines contenant vivres et autres équipements de survie en cas d'attaque nucléaire, M. Gates a estimé qu'il fallait désormais se préparer à "des jeux contre les microbes et pas des jeux de guerre".

Car la question n'est pas de savoir si une maladie contagieuse va sévir, mais quand. "Ces microbes vont évoluer et ils vont menacer la planète", a renchéri l'épidémiologiste Seth Berkley, responsable de l'Alliance globale pour les vaccins et l'immunisation Gavi.

La solution passerait par la création d'une force d'élite médicale ad hoc car, quel qu'en soit le prix, il serait inférieur aux centaines de milliards de dollars que coûterait en vies et à l'économie une épidémie mondiale, a estimé M. Gates. Il plaide pour une armée de combattants contre les épidémies coordonnés, entraînés et formés, et prêts pour un déploiement rapide en coordination avec les forces militaires.

"Dans les films, il y a une équipe de beaux épidémiologistes prêts à agir; ils entrent en action et sauvent tout le monde", a-t-il ajouté. "Mais c'est Hollywood".

L'épidémie du virus Ebola, qui a fait plus de 10.000 morts dans les trois pays d'Afrique de l'Ouest les plus touchés (Sierra Leone, Liberia, Guinée) sur 24.350 personnes affectées depuis début 2014, a servi d'exemple concret puisqu'un hôpital de campagne avait été reconstitué dans un hall de la conférence.

Les participants ont ainsi pu expérimenter par eux-mêmes les précautions extrêmes et fastidieuses nécessaires pour soigner les personnes contaminées par cette fièvre hémorragique hautement contagieuse.

Transformé en médecin de campagne, le "testeur" a enfilé des bottes surdimensionnées en caoutchouc et une combinaison jaune, avant d'être équipé de gants fermement scellés aux poignets. La tête et le visage entièrement protégés par une capuche, une paire de grosses lunettes et un masque respiratoire de protection.

Mais il a eu la chance avant de mettre tout cet attirail, de s'équiper d'un tout nouveau gilet rafraîchissant doté de packs de glace mis au point par la Fondation Gates.

Sans doute un futur hit auprès des soignants pendant l'été accablant du Sierra Leone.

- La chaleur suffocante est une torture -

Le docteur Luanne Freer, qui a traité des malades d'Ebola dans ce pays, s'est souvenu avoir tellement transpiré sous son masque facial que "c'était comme du water-boarding". La simulation de noyade est une technique de torture.

En compagnie de médecins ayant servi sur le front d'autres épidémies mortelles, elle a dirigé des exercices simples sous une tente où, dans la réalité, des malades lutteraient pour leur vie.

La vision est limitée par l'équipement suffocant sur la tête. La respiration difficile à travers les masques. La tension est intense: la vigilance est essentielle car le moindre bout de peau exposé pourrait signifier la mort.

Puis le moment le plus périlleux arrive, à savoir le retrait de tout cet attirail de protection qui est sans nul doute tapissé du virus mortel et contagieux.

D'autant que les soignants, en stress émotionnel à la vue de patients à l'agonie et souffrant de la chaleur extrême dans leurs combinaisons étanches, souhaitent se déséquiper rapidement, a raconté le docteur Freer.

Dans cette hâte, un geste malencontreux peut transformer un médecin en patient. Des centaines de soignants ont ainsi succombé à Ebola.

"J'ai été étonné par la complexité", a confié Bill Gates après son passage dans le faux hôpital. "Et nous n'avions même pas à nous inquiéter de la chaleur ou de nous contaminer. Ca rend mon admiration pour eux encore plus grande".

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz tabac
quiz
Quiz tabac
Combien de temps après vous être réveillé, fumez-vous votre première cigarette ? Trouvez-vous...
 
0 commentaire - Gates plaide pour une force d'élite contre la vraie menace, "les microbes"
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]