Imagerie médicale: les syndicats s'inquiètent de l'arrêt du réacteur "Osiris"

Imagerie médicale: les syndicats s'inquiètent de l'arrêt du réacteur ©Lionel Bonaventure

publié le 12 juillet 2014 à 12h07

Entrée de la pièce où se trouve le réacteur expérimental "Osiris", au CEA à Saclay, le 24 février 2010

La médecine nucléaire est en alerte: si le réacteur expérimental "Osiris" de Saclay s'arrête fin 2015 comme prévu, de nombreux examens d'imagerie médicale permettant de diagnostiquer des cancers ou des pathologies osseuses et cardiaques seront menacés, assurent les syndicats.

Le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), dont dépend le réacteur, réclame une rallonge de trois ans, jusqu'à fin 2018. Mais selon une source syndicale, le gouvernement aurait pris la décision de stopper le fonctionnement d'Osiris à la date prévue, comme l'Autorité de sûreté nucléaire l'avait préconisé.

Les salariés, en grève depuis le 23 juin, attendent toujours une réponse officielle du premier ministre. Si le réacteur est arrêté, "c'est toute la population qui paiera cash", affirme la CGT.

Mis en service en 1966, Osiris, situé sur le plateau de Saclay (Essonne), est un réacteur de recherche d'une puissance de 70 megawatts utilisé pour des usages industriels et médicaux. Il est l'un des neuf réacteurs dans le monde à produire du technetium 99m, un élément radioactif utilisé dans près de 80% des examens de médecine nucléaire.

Cet isotope est indispensable pour la détection de nombreuses maladies: cancers du foie, de la thyroïde, infarctus du myocarde, maladie des os de verre... "C'est un outil très important qui n'est pas substituable", assure à l'AFP l'un des 80 salariés du site, qui préfère rester anonyme.

Le principe est simple: une fois injecté dans le corps du patient, le technetium se fixe sur l'organe que l'on veut observer et, grâce à son rayonnement, permet de visualiser si l'organe fonctionne.

Selon l'Académie de médecine, quelque 30 millions d'examens par an sont réalisés dans le monde à l'aide de ce radio-élément, dont 8 millions en Europe et un million en France.

- Risque de pénurie -

L'autorisation de fonctionnement d'Osiris, qui assure environ 10% de la production mondiale, court jusqu'à fin 2015. Problème: le réacteur Jules Horowitz de Cadarache, qui doit remplacer Osiris, a pris du retard et ne sera pas opérationnel avant 2018, voire 2019 ou 2020. De plus, deux autres réacteurs, au Canada et en Belgique, doivent également s'arrêter.

Conséquence: un risque de pénurie de technetium 99m "inquiétant pour la santé publique", affirme l'Académie de médecine.

D'après l'institution, rien qu'en France, pour environ 60.000 examens chaque année, la médecine ne dispose tout simplement pas d'alternative. C'est le cas notamment pour la recherche du ganglion de la sentinelle, un examen quasi systématique en cas d'opération du cancer du sein, ou la détection de l'embolie pulmonaire chez la femme enceinte. "Une période de pénurie est certaine de 2016 à 2018 si rien n'est fait", prévient-elle.

"L'inquiétude est de plus en plus forte", explique Marc Wojtowicz, responsable CGT sur le site de Saclay. "Si on ne peut plus produire cet outil, certains cancers ne pourront plus être détectés."

"Les hôpitaux ne pourront pas être approvisionnés à temps, les médecins devront reporter des rendez-vous. Or on sait que pour détecter un cancer, il faut le faire le plus tôt possible", s'alarme-t-il.

"Ou alors, cela fera monter le prix des examens et des milliers de patients ne pourront plus les faire. C'est celui qui paiera le plus cher qui pourra en profiter", ajoute-t-il.

Contacté par l'AFP, le CEA a indiqué attendre "dans les meilleurs délais" la décision officielle du gouvernement concernant l'avenir d'Osiris.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz audition
quiz
Quiz audition
Après un concert, on peut avoir des bourdonnements, mais ça passe... Les effets sonores sont-ils...
 
0 commentaire - Imagerie médicale: les syndicats s'inquiètent de l'arrêt du réacteur "Osiris"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]