IRM: le retard français s'aggrave avec plus d'inégalités régionales

IRM: le retard français s'aggrave avec plus d'inégalités régionales©Philippe Merle

publié le 07 juillet 2014 à 17h07

Une jeune fille passe un IRM le 4 décembre 2012 dans un hôpital de Lyon

Les délais d'attente pour passer un examen d'IRM (imagerie par résonance magnétique) s'allongent encore en France marquant "la pire année depuis 11 ans", avec des inégalités régionales toujours aussi marquées, selon la dernière enquête de l'association Imagerie Santé Avenir (ISA), publiée lundi.

Alors qu'il fallait attendre 29 jours en 2012 pour obtenir une IRM "en urgence" et 30,5 jours en 2013, le temps d'attente moyen s'établit désormais à 37,7 jours, soit en termes d'aggravation, la "pire année depuis onze ans", déplore l'association, représentant l'industrie de l'imagerie.

Ce délai moyen d'attente reste en dessous des objectifs du Plan cancer 2014-2019 qui l'a fixé à 20 jours. Ce dernier plan est pourtant moins ambitieux que le précédent Plan Cancer qui avait fixé la limite à 15 jours et à 10 jours dans les régions à risque élevé de mortalité par cancer.

Or, les inégalités se creusent dans les régions. Et aucune des régions à forte mortalité par cancer ne passe sous la barre des 30 jours d'attente à part le Nord-Pas-de-Calais (26,3 jours).

Les délais dépassent les 50 jours dans certaines régions comme la Bretagne, l'Alsace, la Lorraine, l'Auvergne, les Pays de la Loire, et même les 64 jours en Basse Normandie.

L'Ile-de-France (IDF) et PACA limitent les dégâts avec un délai de 30 jours, mais avec une nette régression pour l'IDF (délai de l'an dernier : 22,6).

L'enquête, réalisée tous les ans depuis 2003, a testé les réponses à une demande d'examen lombaire "en urgence" par IRM dans le cadre d'une recherche d'extension de cancer.

L'ISA impute ces délais au sous-équipement de la France, que seul le doublement du nombre d'appareils permettrait de compenser pour se rapprocher du taux d'équipements de la plupart des pays d'Europe de l'Ouest qui, eux, continuent à faire progresser leur parc d'IRM.

"En 2013, la métropole a reçu 38 équipements supplémentaires. Trop peu, pour rattraper "le retard majeur de la France", dit à l'AFP le Pr Frank Boudghène, spécialiste de radiologie et président de la Fédération de l'imagerie du cancer.

- Croatie et Slovanie bientôt devant la France -

"Nous sommes largement en dessous de la moyenne européenne avec seulement 10,7 appareils par million d'habitants contre 20 en moyenne en Europe, et une trentaine en Allemagne ou au Danemark", ajoute-t-il.

Quatre régions se caractérisent par des taux d'équipement régionaux très faibles (inférieurs à 7,5 IRM par million d'habitants): la Bourgogne, la Basse-Normandie, les Pays de la Loire et la Corse.

De leur côté, les pays d'Europe centrale progressent et certains comme "la Croatie et la Slovénie sont en train de dépasser la France", relève l'ISA.

"Ce retard qui existe depuis des années, on ne l'a pas rattrapé", note le Pr Boudghène. Entre-temps les indications de l'IRM n'ont cessé de s'étendre. Largement utilisé en neurologie (AVC...), l'IRM l'est également en cancérologie (atteintes du cerveau, du foie...), ainsi que dans le domaine des maladies cardiaques et en urologie...

En cancérologie, l'imagerie, et plus particulièrement l'IRM, "sont indiqués dans le bilan initial puis tout au long de la maladie", rappelle ce spécialiste.

Avec 365.000 nouveaux cas de cancer par an et une file active de plus d'un million de patients sous traitement en France depuis moins de 5 ans, le nombre de machines est bien insuffisant pour répondre aux besoins, dit-il.

Les résultats de l'imagerie contribuent au choix des traitements, et des délais d'attente trop longs peuvent retarder les soins et "aller jusqu'à une perte de chances", poursuit-il.

Du coup, pour faire "patienter" des malades, pour remplacer l'IRM, des examens moins performants sont prescrits, par scanners par exemple. Une dérive dénoncée par l'Académie de médecine l'an dernier.

Au 1er janvier 2014, la France métropolitaine disposait de 684 appareils installés (hors IRM liées à l'activité vétérinaire, militaire ou de recherche).

L'installation d'un appareil IRM est soumise en France à une autorisation administrative.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz IMC
quiz
Quiz IMC
Saisissez votre poids et votre taille pour calculer votre Indice de Masse Corporelle
 
0 commentaire - IRM: le retard français s'aggrave avec plus d'inégalités régionales
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]