L'ancien paralysé qui remarche: "je suis un veinard, toute proportion gardée"

L'ancien paralysé qui remarche: ©Natalia Dobryszycka

publié le 22 octobre 2014 à 14h10

Dariusz Fidyka qui a pu remarcher grâce à une thérapie inédite de chirurgiens polonais, répond aux questions lors d'une conférence de presse à Wroclaw en Pologne, le 22 octobre 2014

Le patient paralysé qui a pu remarcher grâce à une thérapie inédite, appliquée par des chirurgiens polonais de Wroclaw (sud-ouest), s'est lui-même qualifié mercredi de "veinard, toute proportion gardée".

Très ému, M. Dariusz Fidyka a assisté à la conférence de presse à l'Université médicale de Wroclaw, au cours de laquelle il a rappelé le coup de couteau reçu dans le dos en juillet 2010 de l'ex-mari "alcoolique et drogué" de sa compagne.

"Au moment de l'agression, ma vie a basculé sens dessous-dessus. Après l'intervention chirurgicale, c'est un mouvement en sens inverse", a déclaré cet ancien pompier quadragénaire aux journalistes.

"Dans ma vie quotidienne, je suis déjà capable de me mettre tout seul au lit, de m'habiller et me déshabiller sans assistance, de prendre la voiture", a-t-il indiqué.

Encore très dépendant du centre de réhabilitation Akson de Wroclaw où il est traité, M. Fidyka fait néanmoins chaque week-end un trajet de 140 km au volant de sa voiture.

Evoquant les progrès de son traitement, il a mentionné le retour des fonctions sexuelles.

"J'ai toujours du mal à réaliser ce qui se passe. Je suis un veinard, toute proportion gardée", a-t-il insisté.

Le Dr Pawel Tabakow, à la tête de l'équipe de médecins qui lui ont rendu l'usage de ses jambes, a annoncé mercredi qu'il recherchait deux autres patients pour améliorer leur méthode.

Selon M. Fidyka, "si quelqu'un décide de suivre le même chemin, s'il s'y engage, il faut qu'il aille de l'avant sans jamais fléchir, sans regarder par derrière".

"Au départ, j'ai dit aux médecins: on y va, faites ce que vous pouvez, ça ne peut être pire", se rappelle-t-il. "Ensuite, je l'ai vu, c'est toujours par petits pas qu'on avance. J'ai vécu des hauts et des bas, j'ai eu un moment de désespoir, mais j'ai réussi à le surmonter", a-t-il raconté à l'AFP.

"J'ai appris que j'étais fort moralement. Maintenant je suis tranquille", a-t-il ajouté.

Des films ont été montrés aux journalistes, comparant l'état du patient avant et plusieurs mois après l'intervention, y compris le coup de pied que cet ancien gardien de but réussit à donner au ballon apporté par son médecin.

"J'ai 40 ans, je suis trop vieux pour refaire du foot, a-t-il dit, encore que le Colombien Faryd Mondragon en ait eu 43 pendant le Mondial, alors je ne perds pas l'espoir", a-t-il ajouté plaisanté.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz tabac
quiz
Quiz tabac
Combien de temps après vous être réveillé, fumez-vous votre première cigarette ? Trouvez-vous...
 
0 commentaire - L'ancien paralysé qui remarche: "je suis un veinard, toute proportion gardée"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]