La maison de santé du docteur Traynard, laboratoire "familial"

La maison de santé du docteur Traynard, laboratoire ©Pierre Andrieu

publié le 28 mai 2014 à 23h05

TO GO WITH AFP STORY BY CELINE Le docteur Pierre-Yves Traynard dans son centre de santé de la Grange-aux-Belles le 28 mai 2014 à Paris

"A l'époque, on nous déconseillait de nous regrouper!": le docteur Pierre-Yves Traynard est un pionnier. En 1982, ce généraliste a fondé, avec des confrères, une maison de santé à Paris, qui sert désormais de laboratoire au moment où le gouvernement souhaite encourager ce mode d'exercice.

La structure regroupe 13 professionnels de santé: quatre médecins généralistes, deux infirmières, deux ostéopathes, deux kinés, deux dentistes et une diététicienne.

Dans la salle d'attente commune, des fauteuils verts et rose vif disposés face au secrétariat - également partagé - accueillent le patient, devant une baie vitrée qui laisse entrevoir un petit jardin.

Ce centre médical expérimente depuis 2008 les ENMR, un sigle un peu barbare qui désigne les "expérimentations sur les nouveaux modes de rémunérations" des professionnels de santé.

A côté du paiement à l'acte, qui constitue historiquement l'essentiel de leur rémunération, ils reçoivent un forfait pour leur travail en équipe.

Le but est de mieux coordonner les soins pour un meilleur accompagnement des patients, en particulier ceux souffrant de pathologies chroniques comme le cancer ou le diabète.

Selon la volonté de la ministre de la Santé Marisol Touraine, des négociations ont démarré mercredi pour généraliser ce principe, déjà étendu en 2014 à plus de 300 structures.

"Cette coordination, nous l'avons toujours pratiquée, mais sans reconnaissance, sans réalité financière. Désormais, c'est plus formalisé", explique M. Traynard.

La structure perçoit environ 35.000 euros par an, redistribués en frais de fonctionnement et rémunération pour la coordination entre les 13 professionnels.

"Cela a permis d'investir dans un secrétariat commun, dans les locaux, c'est un confort qui donne la possibilité au praticien de se détacher de son activité de soins pour s'occuper des activités de prévention et d'éducation ou des projets de coopération avec les autres professionnels", détaille-t-il.

- 'Très familial' -

Dans le cadre de cette expérimentation, les équipes sont incitées à mettre en place des protocoles: certains professionnels comme les infirmières sont autorisés à effectuer des actes qu'ils ne pourraient pas faire en exerçant seuls.

"Il y a une mise en commun. En tant que médecin, nous avons une autre vision du travail des paramédicaux avec lesquels nous travaillons en bonne intelligence", explique Véronique Jammeron, autre médecin généraliste.

L'infirmière qui refait un pansement peut traverser le couloir pour voir avec le praticien comment la blessure a évolué, le médecin consulte son collègue dentiste pour un problème de mâchoire sur une patiente: "ici pas besoin de courrier ou de coup de téléphone, l'information passe entre nous par la porte ouverte! Et on a souvent fait avancer des cas grâce à cela", raconte Philippe Le Moing, kiné-ostéopathe.

Le suivi des patients s'en trouve amélioré. Odile Cadeau fréquente le centre depuis six ans, où elle consulte régulièrement dentiste, médecin, kiné et infirmière: "Ils sont très à l'écoute et je sais que je ne pourrais pas aller ailleurs", témoigne-t-elle.

"C'est plus rapide, sécurisant, c'est très familial et les praticiens sont plus détendus", ajoute-t-elle. Et puis "c'est pratique d'avoir tout sur place sans courir à droite à gauche".

L'équipe s'est également dotée d'un système informatique commun, pour créer des dossiers partagés sur les patients, où sont répertoriés les comptes rendus d'hospitalisation, les ordonnances, les traitements, les courriers, etc.

"On reconstruit plus facilement le parcours" des malades, assure Mme Jammeron.

"Il m'est arrivé de consulter le dossier d'une patiente qui s'était trompée d'ordonnance afin de récupérer la prescription du médecin pour pouvoir quand même lui faire sa prise de sang", raconte Odile Ursat, infirmière.

Selon elle, "il y a un vrai dialogue avec les praticiens: l'un est spécialisé dans le diabète, l'autre exerce une partie de son temps à l'hôpital. Pour nous, c'est un peu de la formation continue".

"Tout le monde ici a appris les uns des autres", renchérit M. Traynard. "C'est une nouvelle dimension de la pratique soignante".

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz audition
quiz
Quiz audition
Après un concert, on peut avoir des bourdonnements, mais ça passe... Les effets sonores sont-ils...
 
0 commentaire - La maison de santé du docteur Traynard, laboratoire "familial"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]