Le VIH stable en Europe de l'Ouest, en hausse en ex-URSS

Le VIH stable en Europe de l'Ouest, en hausse en ex-URSS©Florian Schuh

publié le 27 novembre 2014 à 10h11

Les contaminations au VIH (virus du sida) progressent fortement en Russie et dans les anciennes républiques soviétiques depuis dix ans alors qu'elles stagnent en Europe de l'Ouest

Les contaminations au VIH (virus du sida) progressent fortement en Russie et dans les anciennes républiques soviétiques depuis dix ans alors qu'elles stagnent en Europe de l'Ouest, ont annoncé jeudi l'agence européenne de surveillance des maladies infectieuses et l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"L'épidémie de VIH continue à se répandre en Europe depuis 2004 malgré des avancées dans les traitements médicaux et de nouvelles options de prévention", ont écrit dans un rapport annuel le Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (CEPCM) et l'OMS.

En additionnant les pays européens (Turquie comprise) et ceux de l'ex-URSS, le nombre de cas déclarés a bondi de 80% en 2013 par rapport à 2004.

La situation est cependant très contrastée selon les régions.

Plus de trois quarts des diagnostics de 2013 (105.000 sur 136.000) ont été faits dans les ex-républiques soviétiques, et plus de la moitié en Russie (près de 80.000).

Ce pays est celui où le taux d'infection est de loin le plus élevé (55,6 pour 100.000 habitants), devant l'Ukraine (39,4) et l'Estonie (24,6), seule ex-république soviétique à réussir à le faire diminuer.

En Arménie et en Azerbaïdjan, il a quadruplé en dix ans.

Dans l'ex-URSS, la progression de l'épidémie est principalement due à des transmissions entre hétérosexuels et toxicomanes.

Relevant que deux tiers des toxicomanes contractant le VIH ne l'apprennent que tardivement, les auteurs du rapport ont préconisé des campagnes de tests chez les utilisateurs de seringues.

La situation est différente en Europe de l'Ouest, où le nombre d'infections au VIH en 2013 était quasiment identique à celui enregistré en 2004.

Dans l'Union européenne, les transmissions entre hétérosexuels ont chuté de 60%, mais ont augmenté d'un tiers chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes.

"En se penchant sur nos chiffres, on voit clairement" que dans l'UE, "les populations risquant le plus le VIH ne font pas l'objet d'une approche suffisamment efficace" en matière de prévention, a déploré le directeur du CEPCM, Marc Sprenger, faisant allusion aux homosexuels et aux toxicomanes.

Ces données portent sur 53 pays, soit une population de près de 900 millions de personnes, où 36% des personnes touchées par le VIH sont des trentenaires.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz tabac
quiz
Quiz tabac
Combien de temps après vous être réveillé, fumez-vous votre première cigarette ? Trouvez-vous...
 
0 commentaire - Le VIH stable en Europe de l'Ouest, en hausse en ex-URSS
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]