Les universités responsables des exagérations dans les informations médicales qu'elles diffusent

Les universités responsables des exagérations dans les informations médicales qu'elles diffusent©Pascal Pavani

publié le 10 décembre 2014 à 07h12

Les liens de cause à effet erronés et les extrapolations de l'animal à l'homme sont les exagérations qui ont le plus de chance d'être reprises par les journalistes.

Les exagérations dans les informations diffusées sur des recherches médicales proviennent d'abord des communiqués de presse officiels publiés par les universités et sont très rarement le seul fait des médias, selon une étude publiée mercredi.

Les informations médicales peuvent avoir un impact important sur les comportements de l'homme de la rue en matière de santé et ne reflètent pas toujours très fidèlement les travaux scientifiques qu'elles sont censées vulgariser.

Forts de ce constat, des chercheurs de l'Université de Cardiff (Royaume-Uni) ont cherché à établir qui des médias ou des services de presse des universités exagéraient ou extrapolaient en premier.

Ils ont étudié 462 communiqués de presse diffusés par une vingtaine d'universités britanniques en 2011 sur des sujets médicaux ou biomédicaux et les ont comparés à 668 articles de presse parus dans la foulée.

Ils ont découvert que 40% des communiqués de presse des universités contenaient des conseils excessifs, 33% des liens de causalité exagérés et que 36% avaient tendance à extrapoler abusivement à l'homme les résultats de travaux menés sur des animaux.

Lorsque ces exagérations étaient présentes dans les communiqués d'origine, il y avait de très forts risques pour que les articles de presse contiennent ces mêmes exagérations, selon l'étude.

Les liens de cause à effet erronés et les extrapolations de l'animal à l'homme sont les exagérations qui ont le plus de chance d'être reprises par les journalistes.

En revanche, si la communication d'origine à destination des journalistes ne contient aucune exagération, les journalistes font très majoritairement preuve de prudence.

Lorsque les communiqués sont fidèles aux travaux, seulement 17% des articles de presse contiennent des conseils excessifs, 18% des liens de cause à effet erronés et 10% des extrapolations de l'animal à l'homme.

"Notre principale découverte est que l'essentiel des exagérations détectées par notre étude n'apparaît pas ex-nihilo dans les médias mais est déjà présent dans les textes des communiqués de presse diffusés par les chercheurs et leurs instituts de recherche", écrivent Petroc Summers et Chris Chambers.

Ceux-ci soulignent toutefois qu'il s'agit seulement d'une étude fondée uniquement sur des observations et qu'il ne faut pas en tirer des conclusions définitives.

Ils mettent en cause "une culture grandissante de compétition entre les universités et d'auto-promotion, qui s'ajoute aux pressions croissantes sur les journalistes pour faire plus en moins de temps".

Dans un commentaire joint à l'étude, Ben Goldacre, chercheur à la London School of Hygiene and Tropical Medicine, estime que les chercheurs devraient être tenus pour responsables des exagérations publiées dans les communiqués de presse officiels diffusés par leur structure de recherche.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz IMC
quiz
Quiz IMC
Saisissez votre poids et votre taille pour calculer votre Indice de Masse Corporelle
 
0 commentaire - Les universités responsables des exagérations dans les informations médicales qu'elles diffusent
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]