Martin Hirsch veut assouplir les 35 heures à l'AP-HP

Martin Hirsch veut assouplir les 35 heures à l'AP-HP©Kenzo Tribouillard

publié le 19 mars 2015 à 20h03

Le directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) Martin Hirsch, le 12 janvier 2015 à Paris

Le directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) veut ouvrir des discussions sur les 35 heures pour assouplir et mieux adapter l'organisation du temps de travail, ce qui permettrait au moins 20 millions d'euros d'économie par an, a-t-il indiqué jeudi aux Echos.

L'accord de 2002 sur le temps de travail "n'est plus adapté aux enjeux d'aujourd'hui. La majorité des personnels travaillent aujourd'hui 7h36 ou 7h50 par jour, dépassant 35 heures hebdomadaire. Les minutes accumulées font des milliers de jours à rattraper, en récupérations, en RTT", explique-t-il dans un entretien publié sur le site du quotidien.

"Mais la rigidité de nos organisations fait que souvent, les RTT sont annulées au dernier moment pour faire face au manque d'effectifs, des mensualités de remplacements sont alors dépensées en catastrophe et au final, personne n'est content! D'où aussi un absentéisme élevé, de l'usure....", poursuit-il.

"On peut adapter l'organisation du travail, avec un plus grand nombre de personnes travaillant à 7h30 ou 7h00 par jour, d'autres peut-être 10 heures si cela permet de mieux +coller+ au cycle de soins pour le patient, de mieux utiliser des blocs opératoires", illustre M. Hirsch.

"Il ne s'agit pas de remettre en cause les 35 heures", a-t-il précisé à l'AFP mais de "revoir les manières d'organiser les 35 heures et de les répartir dans la semaine", car elles ne sont plus "adaptées à nos besoins et à nos exigences", au regard notamment du développement de la chirurgie ambulatoire (sortie le jour de l'opération). Prés de 100.000 personnes travaillent pour l'AP-HP même si elles ne sont pas toutes concernées par l'accord sur les 35H.

"Par une autre organisation du travail, on peut gagner au moins 20 millions d'euros par an", sans diminuer la masse salariale (60% du budget). "Le risque si on ne le fait pas est de devoir supprimer des emplois", ajoute-t-il à l'AFP.

Au printemps, un "état des lieux", préalable aux négociations, permettra de déterminer précisément quels personnels parmi les paramédicaux, les personnels ouvriers et administratifs seront concernés. Les personnels médicaux disposent d'un statut particulier.

Des négociations sont déjà en cours sur la répartition du temps de travail des urgentistes, dans la foulée de l'accord que ces praticiens avaient arraché au niveau national après leur grève de Noël.

Une majorité d'hôpitaux, contraints à des économies drastiques, ont rouvert le dossier des 35 heures, et certains déjà réduit plus ou moins le nombre de RTT. Le gouvernement ambitionne 3 milliards d'économies pour les hôpitaux d'ici 2017, mais sans pour autant baisser les effectifs, assure-t-il.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz audition
quiz
Quiz audition
Après un concert, on peut avoir des bourdonnements, mais ça passe... Les effets sonores sont-ils...
 
0 commentaire - Martin Hirsch veut assouplir les 35 heures à l'AP-HP
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]