Recherche clinique: la position de la France "doit être renforcée"

Recherche clinique: la position de la France ©Eric Piermont

publié le 03 mars 2015 à 19h03

L'étude sur l'attractivité de la France pour la recherche clinique internationale fait ressortir une augmentation des délais de mise en oeuvre des essais cliniques

La France continue de figurer parmi "les grands acteurs" de la recherche clinique mondiale avec 10% des études internationales réalisées en France, mais cette position demande à "être renforcée", affirme la fédération des industriels du médicament (Leem).

L'étude sur l'attractivité de la France pour la recherche clinique internationale, menée tous les deux ans par le Leem et publiée mardi, fait ressortir une augmentation des délais de mise en oeuvre des essais cliniques.

Le président du Leem, Patrick Errard, cité dans un communiqué, a appelé à "fluidifier le système" et "le simplifier". Il s'est prononcé pour "une meilleure synergie entre acteurs de la recherche clinique", ce qui concerne les industriels, les médecins investigateurs, les hôpitaux, les patients, les chercheurs, les autorités administratives et les comités de protection des personnes, a-t-il détaillé.

La France représente 5,9% des patients inclus dans les études internationales menées par les industriels.

Le pourcentage d'études de Phase II et III (les dernières étapes du développement d'un médicament) proposées aux filiales françaises des groupes pharmaceutiques a augmenté, passant à 58% en 2014 (contre 43% en 2012).

Mais la position de la France doit aujourd'hui être renforcée, affirme le Leem.

Depuis deux ans, le délai médian d'approbation par les comités de protection des personnes (CPP) s'est rallongé, passant à 62 jours en 2014 (contre 54 jours en 2012) tandis que le délai médian entre la soumission du dossier et l'accord de l'autorité de santé (ANSM) est passé de 49 à 55 jours.

"Plus inquiétant", relève le Leem, les délais de signature du premier contrat hospitalier ont augmenté entre 2012 et 2014, passant en médiane à 122,5 jours. La fédération pointe "un vrai retour en arrière", avec des chiffres qui sont revenus au niveau de 2008 après une réduction des délais en 2012.

Par contre, la vitesse de recrutement des patients, une fois l'étude approuvée, est meilleure en France que dans la moyenne européenne et mondiale, montrant que la France est "performante" à cette étape.

La France "maintient globalement sa position", estime le Leem, grâce à la progression de sa recherche clinique dans certaines aires thérapeutiques.

Les études en oncologie et onco-hématologie ont augmenté (38% en 2014 contre 30% en 2012), tandis que celles menées en infectiologie (13%) et dans les maladies rares (8%) sont restées en nombre important.

A l'inverse, l'étude relève que certains domaines thérapeutiques sont aujourd'hui "quasiment abandonnés" comme le cardiovasculaire et le diabète/métabolisme, un recul entamé depuis 2008.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz tabac
quiz
Quiz tabac
Combien de temps après vous être réveillé, fumez-vous votre première cigarette ? Trouvez-vous...
 
0 commentaire - Recherche clinique: la position de la France "doit être renforcée"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]