Santé: une étude sur 100.000 femmes porteuses de prothèses mammaires

Santé: une étude sur 100.000 femmes porteuses de prothèses mammaires©Miguel Medina

publié le 11 juillet 2014 à 17h07

Une prothèse mammaire, présentée le 12 janvier 2012 près de Paris

Une étude nationale sur 100.000 femmes porteuses de prothèses mammaires vient d'être lancée par l'Inserm pour mieux connaître les risques potentiels pour leur santé de ces implants au gel silicone.

L'enquête durera dix ans, mais les chercheurs espèrent pouvoir aller au-delà. Les premiers résultats pourraient être disponibles dans 6 ans.

A la suite du scandale des prothèses PIP frelatées, l'Agence du médicament et des produits de santé ANSM avait demandé à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) de conduire une étude avec un grand nombre de volontaires afin de mieux cerner les effets indésirables potentiels à moyen et long terme chez les porteuses d'implants du fabricant PIP et plus généralement de mieux connaître la santé des femmes qui ont ou ont eu des prothèses pour raisons esthétique ou médicale (chirurgie réparatrice après opération d'une tumeur).

"En 2013 en France, on estimait à 346.000 le nombre de femmes porteuses d'implants mammaires dont environ 30.000 qui ont porté une prothèse PIP (dont un partie a été retirée depuis)", relève Florent de Vathaire (Inserm, centre de recherche en épidémiologie et santé des populations, Villejuif) qui dirige l'étude baptisée Lucie.

Entre 2001 et 2013, 17.411 femmes ont fait retirer leur PIP. Sur les 30.099 implants retirés, environ un sur quatre était défectueux.

L'objectif est de recruter 100.000 femmes porteuses ou ayant porté des implants mammaires en gel de silicone de toutes marques et opérées en France, afin d'avoir une puissance statistique suffisante pour tirer des conclusions, indique le chercheur. Il dispose d'"un budget de 1,5 million d'euros sur 3 ans" pour débuter l'étude qui recensera aussi bien des pathologies bénignes (inflammation, abcès...) que la survenue de cancers.

"Le bilan globale des prothèses reste à faire", dit le chercheur qui évoque par ailleurs "la mauvaise information des femmes" sur les implants.

Pour atteindre l'objectif, les chercheurs vont se faire transférer les informations des hôpitaux et cliniques qui ont posé ou enlevé des prothèses mammaires depuis 2001, quel que soit le fabricant.

L'enregistrement des volontaires se fera en ligne, après une campagne sur les réseaux sociaux. Les données seront au final anonymisées.

Pour les participantes, ce site renverra au questionnaire médical en ligne alarecherchedelucie.fr

Twitter: @EtudeLucie

Facebook: https://www.facebook.com/alarecherchedelucie

LinkedIn http://linkd.in/1oNmqRg

Les volontaires peuvent écrire à contact@cohorte-lucie.net ou appeler le numéro vert 0 800 20 00 21 à partir du 15 juillet.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz tabac
quiz
Quiz tabac
Combien de temps après vous être réveillé, fumez-vous votre première cigarette ? Trouvez-vous...
 
0 commentaire - Santé: une étude sur 100.000 femmes porteuses de prothèses mammaires
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]