Séropositivité: recrudescence dans les lieux de rencontres sexuelles informels

Séropositivité: recrudescence dans les lieux de rencontres sexuelles informels©Valentina Petrova

publié le 17 juin 2014 à 17h06

Un test HIV est réalisé en laboratoire

Le nombre de séropositifs est "en recrudescence" en France parmi ceux qui fréquentent les lieux de rencontres sexuelles informels comme les parkings, parcs, aires d'autoroutes et forêts, selon l'association anti-sida HF Prévention.

"Aujourd'hui sur les lieux de rencontres extérieurs, comme les parkings, les forêts et les aires d'autoroutes, on a une prévalence de séropositivité en recrudescence avec plus de 5%", a déclaré mardi le président de cette association, Jérôme André, lors d'une conférence de presse.

HF Prévention va à la rencontre d'un public qualifié "d'invisible", car échappant aux classiques campagnes de dépistage. Il s'agit souvent de personnes dans le déni de leur homosexualité ou de leur pratique occasionnelle de la prostitution.

A bord de camionnettes, l'association propose à proximité de ces "lieux de consommation sexuelle" des tests rapides de dépistage du sida (Trod), qui indiquent en moins d'une demi-heure si une personne est séropositive (contre un délai de plusieurs jours pour un test classique).

HF Prévention a réalisé, en 2013, 540 tests dans ces "lieux de rencontres extérieurs" et relevé un taux de séropositivité de 5,16%, plus de vingt fois supérieur au taux de séropositivité moyen enregistré dans les centres de dépistage classiques (environ 0,2%), selon M. André.

Dans d'autres catégories de lieux de rencontres informels, baptisés "milieux ouverts ciblés", qui regroupent les centres commerciaux, les campus universitaires et les centres-villes, le taux de séropositivité calculé par l'association à partir des tests rapides pratiqués sur place atteint 1,25%.

"Les publics invisibles fréquentent des lieux de rencontres et de consommation sexuelle loin des structures spécialisées bien identifiées comme les saunas, clubs, discothèques ou bars", explique l'association.

"On est la seule association à faire ce travail auprès de personnes qui se disent hétérosexuelles, qui sont souvent pères de familles et mariés, mais qui ont des pulsions et se retrouvent sur des lieux de rencontre extérieurs pour rencontrer des hommes", a déclaré M. André.

Il peut s'agir aussi d'hommes ou de femmes qui se prostituent de manière occasionnelle et plus ou moins assumée.

Ce "public invisible" est généralement peu soucieux de prévention et très exposé au risque de transmission du sida, explique l'association. D'où l'importance du travail d'identification et de "classification" de ces nouveaux lieux de "consommation sexuelle" que l'association est en train de mener, a-t-elle souligné.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz audition
quiz
Quiz audition
Après un concert, on peut avoir des bourdonnements, mais ça passe... Les effets sonores sont-ils...
 
0 commentaire - Séropositivité: recrudescence dans les lieux de rencontres sexuelles informels
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]