Cataracte
santé au quotidien

Cataracte

Perte d'appétit
santé au quotidien

Perte d'appétit

Méningite infectieuse
santé au quotidien

Méningite infectieuse

Mononucléose infectieuse
santé au quotidien

Mononucléose infectieuse

Scanner abdominal
santé au quotidien

Scanner abdominal

Aphtes
santé au quotidien

Aphtes

IRM abdomino-pelvienne
santé au quotidien

IRM abdomino-pelvienne

Fracture du femur
santé au quotidien

Fracture du femur

Bourdonnements d'oreille
santé au quotidien

Bourdonnements d'oreille

Chikungunya

Chikungunya

Cette maladie infectieuse est due à un virus transmis à l'homme par la piqûre d'un moustique du genre Aedes. Elle peut également être transmise par une mère infectée à son nouveau-né.

Répartition géographique :
Le principal foyer de la maladie se trouve dans les îles de l'Océan Indien. Maladie habituellement bénigne, le chikungunya a cependant été impliqué dans des décès à la Réunion et à Mayotte, l'infection a touché plus d'un tiers de la population en 2005 et 2006. De rares cas sont également survenus en Italie en 2007 et dans le sud-ouest de la France en 2010.

Les symptômes :
Ils sont variables et parfois même absents. La période d'incubation après la piqûre est de deux à six jours. Les principaux symptômes sont une fièvre souvent élevée, des douleurs articulaires intenses et une éruption cutanée transitoire. Ces signes s'accompagnent parfois de douleurs musculaires, de maux de têtes, de troubles digestifs (nausées, vomissements, perte d'appétit), de petites hémorragies et de lésions de la peau (troubles de la pigmentation). Une grande fatigue touche également près de la moitié des malades. Les douleurs articulaires peuvent parfois persister plusieurs mois et même plusieurs années.

Le traitement :
Il n'existe pas de médicaments efficaces contre le virus. Le traitement a donc uniquement pour but de soulager les symptômes. Il repose principalement sur l'administration de médicaments contre les douleurs (antalgiques) et d'anti-inflammatoires non stéroïdiens. L'aspirine, hémorragies, doit être évitée.

Prévention :
Il n'y a pas de vaccin contre le chikungunya. La prévention consiste à se protéger des moustiques :
- Utilisation de vêtements imprégnés d'insecticides et de répulsifs cutanés.
- Pour les jeunes enfants : utilisation de berceaux et de poussettes avec moustiquaires imprégnées d'insecticides.
- Pour l'habitation : mise en place de grillages anti-moustiques aux portes et aux fenêtres, pulvérisation de « bombes » insecticides ou utilisation de diffuseurs d'insecticides électriques. La ventilation et la climatisation ne suffisent pas à assurer une protection efficace.

Quels répulsifs cutanés ?
À l'heure actuelle, il est recommandé d'utiliser uniquement des produits à base de DEET, de picaridine, d'IR3535 ou de citriodol, à des concentrations bien précises : 30-50 % pour le premier, 20-35 % pour la picaridine, 20-30 % pour l'IR3535 et 20-30 % pour le citriodol. Les huiles essentielles ne doivent pas être utilisées pour se protéger contre les piqûres de moustiques (risque allergique et photosensibilisant).

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz audition
quiz
Quiz audition
Après un concert, on peut avoir des bourdonnements, mais ça passe... Les effets sonores sont-ils...