Frottis
santé au quotidien

Frottis

Scanner abdominal
santé au quotidien

Scanner abdominal

Constipation de l'enfant
santé au quotidien

Constipation de l'enfant

Claquage
santé au quotidien

Claquage

Coloscopie
santé au quotidien

Coloscopie

Vomissement
santé au quotidien

Vomissement

Allergie à l'aspirine
santé au quotidien

Allergie à l'aspirine

Abcès dentaire
santé au quotidien

Abcès dentaire

Capillaroscopie
santé au quotidien

Capillaroscopie

Bilan urodynamique
santé au quotidien

Bilan urodynamique

Echographie pelvienne
santé au quotidien

Echographie pelvienne

Crampes et myalgies
santé au quotidien

Crampes et myalgies

Maux de tête

Maux de tête

Les céphalées - couramment appelés maux de tête - sont ressenties sous la voûte crânienne en excluant le cou et la face. Leur diagnostic n'est pas toujours facile.

Mécanisme

Les céphalées constituent l'un des premiers motifs de consultation médicale. Le mal à la tête ou céphalée est une plainte habituellement liée à des troubles mineurs (fatigue, problème digestif...) et rarement à une maladie grave qu'il ne faut pas néanmoins méconnaître.

Les céphalées doivent être qualifiées en fonction de leur ancienneté, de leur mode d'apparition et de différents signes accompagnateurs. Il faut parfois recourir à des examens complémentaires pour en définir l'origine : examen ophtalmologique, scanner, IRM, radiographie des sinus, examen dentaire...

L'évolution des céphalées est variable : elles durent de quelques heures à quelques jours et les accès douloureux peuvent se répéter sur des années.

Comment identifier la douleur ?

L'interrogatoire permet de préciser la douleur :

- Le mode d'installation : il peut être brutal ou progressif.

- La topographie de la douleur : très précise -montrée à un endroit du crâne- ou alors diffuse. Elle peut aussi prendre son origine dans le sinus, les dents ou les yeux.

- Son caractère récent ou ancien.

- Le type de la douleur : plutôt sourd et profond que superficiel comme les brûlures. Cette douleur est plutôt comparée à une sensation d'éclatement et d'oppression qui peut évoquer aussi bien une tension musculaire qu'une tension psychologique.

- L'intensité de la douleur. Si elle est difficile à préciser, c'est plutôt le degré d'invalidité qu'elle induit qui traduira la gravité de cette céphalée.

- La sensibilité aux traitements et le suivi de leur efficacité.

- Le retentissement fonctionnel avec une limitation plus ou moins importante de l'activité, voire une incapacité à gérer seul les gestes de la vie quotidienne.

- Les signes d'accompagnement : une altération de l'état général peut témoigner d'un problème plus large.

Quel traitement ?

Traiter la cause permet d'améliorer la céphalée. Dans le cadre de la migraine, le traitement de la crise peut utiliser des antalgiques et des anti-inflammatoires non stéroïdiens en prenant les précautions nécessaires. Il peut également faire appel à des anti-migraineux spécifiques et en particulier à des triptans quand le traitement de première intention n'a pas fonctionner.

Prise unique bien tolérée, arrêt rapide de la douleur et pas de récurrence sont les critères d'efficacité du traitement.

Certaines mesures complémentaires peuvent être efficaces. Elles sont habituellement très personnelles : s'allonger dans le noir, dormir quelques heures, se masser les muscles de la nuque et/ou du visage, éviter le bruit.

sur le même thème

Carnet de santé de Mars 2016
carnet de santé
Carnet de santé de Mars 2016
Les Français soutiennent la hausse du paquet de cigarettes à 10€ et les fumeurs reconnaissent le...
L'art de la pensée positive
focus sur
L'art de la pensée positive
Prenons l'exemple de la nouvelle année. Au-delà des festivités, c'est l'occasion de se remettre...
Quiz audition
quiz
Quiz audition
Après un concert, on peut avoir des bourdonnements, mais ça passe... Les effets sonores sont-ils...
 
0 commentaire - Maux de tête
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]